News Home » News » Le « joint » électronique légal en France ! Et chez nous ? – Edito 04/12/2017

Le « joint » électronique légal en France ! Et chez nous ? – Edito 04/12/2017

Il y a trois ans on apprenait que les néerlandais avaient mis sur le marché le premier joint électronique. L’usage du cannabis à des fins récréatives est là-bas autorisé depuis de très nombreuses années comme vous le savez sans doute déjà. Sauf qu’en l’espèce, cette nouveauté technologique a la particularité de ne pas contenir de THC ni de substance qui « défonce ».

Et bien depuis septembre figurez-vous que les produits à vapoter contenant du CBD, la cannabidiol, et une concentration en THC inférieure à 0,2% sont autorisés sur le marché français. La semaine dernière et malgré des mises en garde de l’Agence française du médicament, le Ministère national de la santé a bien confirmé la légalité de la mise sur le marché de ce produit. Néanmoins il est interdit pour ses revendeurs d’en assurer une promotion positive ni faire le lien avec le cannabis. Quelles sont les vertus relevées du CBD à vapoter ? Il est considéré comme étant un cannabinoïde non-psychoactif, ce qui signifie qu’il ne produit pas d’effet « planant » quand il est ingéré. Il soulage la douleur et les inflammations en lieu et place de certaines médications chimiques plus lourdes et parfois sans effet. Il permet de trouver plus facilement le sommeil. Je le répète, tout cela sans les effets pervers liés à la consommation du THC contenu dans le cannabis comme les crises d’angoisse, la paranoïa ou autres hallucinations.

Je vous rappelle vite fait dans quel monde on vit aujourd’hui. Après le Colorado, bien d’autres états américains ont suivi l’exemple de la légalisation de la vente du cannabis quand ils se sont rendus compte de la fortune considérable que cela lui avait procuré. En contrôlant le marché et en le taxant, on casse les trafics. Légaliser ne veut pas dire banaliser. N’importe qui ne peut pas en acheter n’importe comment. Dernièrement c’est la Californie et le Nevada qui se sont engouffrés dans la brèche.

S’il n’est pas possible pour la Polynésie de décider seule d’une légalisation, force est de constater, et alors même que je ne suis moi-même absolument pas consommateur, qu’il serait néanmoins temps d’anticiper une décision nationale en se posant les bonnes questions. Si au Fenua il paraît que nous avons la meilleure herbe du monde, c’est ce que j’entends, imaginez un peu le potentiel économique colossal que cela représente. Ce ne doit plus être un sujet tabu auquel on contre argumente uniquement par des témoignages choquants de ceux qui en ont abusé. Car on pourrait faire la même chose à propos de l’alcool et du tabac, sans parler de la malbouffe.

En attendant que ce débat puisse enfin avoir lieu sereinement, ce serait bien de connaître la position des autorités locales à propos du CBD à vapoter qui lui pourrait déjà convertir des consommateurs de paka qui n’en font usage que pour les propriétés que cet autre produit est susceptible de fournir, l’addiction et comme on dit ici, le « effet » en moins.

Podcast: Télécharger